En juin dernier, Josette est allée découvrir le « cat yoga » chez My Om. Opportunité marketing farfelue ou pratique thérapeutique avérée, cette toute première date en Nouvelle-Calédonie était l’occasion de se faire sa propre idée.

Organisé en partenariat avec l’association « Chats de Nouvelle-Calédonie », l’événement était plutôt un « super cute kitten yoga », puisque les invités au cours étaient de tout petits chatons, en recherche d’une famille d’adoption. C’est d’ailleurs souvent cette cause qui motive l’organisation de séances de cat yoga dans le monde. Né aux Etats-Unis, le pays qui vénère les animaux de compagnie, la pratique s’est répandue dans de nombreux pays dont la France. Et quand l’association s’est rapprochée de Caroline, gérante de My Om, le projet est né sous nos tropiques.

Anatta, la professeure de yoga, nous avertit : « ce cours ne sera pas très conventionnel et c’est très bien », incitant les participantes à s’arrêter lorsqu’elles auraient envie de caresser le chat qui squatte leur tapis, ou d’adapter leur mouvement pour éviter de l’écraser sous une posture du cobra. Après un bon quart d’heure à faire connaissance avec ces boules de poils aussi curieuses que nous, nous nous installons sur les tapis pour démarrer la séance. Très vite, dès que les yoginis commencent à se détendre, les chats s’approchent pour observer ce qui se passe de plus près. Leurs postures préférées ? S’installer dans des jambes croisées en tailleur, se caler sur des ventres tout chauds en savasana (la posture allongée de relaxation), ou se faufiler sous les corps bien gainés en planche – attention à l’atterrissage ! Un tout petit chaton gris aux yeux écarquillés attaque le chignon de ma voisine, un autre s’installe entre des jambes allongées. L’ambiance est détendue, et pour cause : les ronronnements des chats, qui émettent des basses fréquences entre 20 et 50 hertz, sont captées par nos terminaisons nerveuses et provoquent une sensation d’apaisement et de bien-être. Les chats se servent d’ailleurs de leur propre ronronnement pour se remettre de situations stressantes, lorsqu’ils sont malades ou angoissés par exemple. L’utilisation de ces vertus thérapeutiques porte un nom : la ronronthérapie, et permettrait de réduire les insomnies et l’anxiété. En plus de l’ambiance sonore, les chats apportent également une énergie relaxante de par leur nonchalance inégalée, et nous une belle leçon pour vivre l’instant présent, qui est l’un des principes de base du yoga.

Le bilan de l’opération ? Une séance de yoga pas comme les autres, mais qui explore finalement beaucoup de facettes de cette activité : le lâcher prise (j’ai écourté pas mal de postures pour câliner Kiri et Poé), l’adaptation (faire le cobra avec un animal sur le dos peut s’avérer compliqué) et l’émerveillement (on a toutes fondu devant ce micro-chat de 15 centimètres aux grands yeux bleus et aux poils électriques). Côté asso, une partie des recettes leur a été reversée afin de financer une partie des vermifuges, anti-puces, stérilisations et autres besoins des chats qu’ils recueillent, et l’événement leur a également permis un gain de visibilité sur Facebook, donnant lieu à plusieurs adoptions. Côté Josette, la décision de recruter des colocataires à quatre pattes a fait du chemin, jusqu’à germer sous forme de deux compères qui ont pas mal chamboulé ma vie comme mon appart, et dont je vous parlerai dans un prochain article…

Pour participer aux prochaines séances de cat yoga, suivez l’actualité du centre My Om et de l’asso Chats de NC : une nouvelle date sera proposée dans les prochains mois.

My Om, 6 rue des frères Duhamel – Magenta. 75 75 62.

Association Chats de Nouvelle-Calédonie – 91 97 60.  

Cet article a été rédigé en partenariat pour My Om et le magazine Femmes NC.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *